TDA/H et neurofeedback

Dans le cas du TDA/H, le cerveau présente un déséquilibre entre les ondes lentes et les ondes rapides. Au cours de la séance de neurofeedback, les phases d’inattention sont détectées et font l’objet d’un retour d’information visuel et auditif vers le cerveau.

L’entraînement par neurofeedback permet progressivement au cerveau de contrôler de manière plus efficace les ondes cérébrales impliquées dans ce syndrome, en vue d’en moduler durablement le fonctionnement.

Les bénéfices de l’entrainement par neurofeedback :

  • Une amélioration très significative du niveau d’attention.
  • Une meilleure maîtrise de soi, une meilleure flexibilité.
  • Une baisse de l’impulsivité et une amélioration du contrôle moteur.
  • Une diminution du stress.
  • Un gain dans les apprentissages…

Le saviez-vous ?

• En 2002, une étude portant sur une centaine d’enfants aux prises avec le TDA/H a mis en exergue que seuls les enfants ayant suivi un entrainement neurofeedback (34 à 50 séances) en plus de l’accompagnement psychologique et du traitement par médicament ont conservé les gains obtenus après arrêt de la médication (Monastra et coll.). Plusieurs études avec un suivi montrent le maintien des résultats jusqu’à 10 ans après la fin de l’entrainement.
• Jusqu’à 80 % des TDA/H répondent favorablement au neurofeedback.
• Depuis 2012, dans un document intitulé « Evidence-base child and adolescent psychosocial interventions », l’American Academy of Pediatrics préconise sur la base de la littérature scientifique le neurofeedback en tant que première intention pour les enfants aux prises avec le TDAh, en raison de son niveau d’efficacité et de spécificité équivalent à celui de la médication.

Notre site Web utilise des cookies, principalement des services tiers. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation des cookies.